Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Top 40 des comédies policières cultes n°11 : Bad Boys, de Michael Bay

Bad Boys, de Michael Bay
Avec : Will Smith, Martin Lawrence, Téa Leoni
Année : 1995

Deux ingrédients suffisent à rendre indispensable ce blockbuster bas du front : les rodomontades "bigger than life" de Michael Bay et le duo formé par les charismatiques Will Smith et Martin Lawrence.

Bad Boys ne fait pas dans la dentelle et c’est peu dire. La chose s’explique aisément lorsque l’on jette un œil sur le nom de son metteur en scène : Michael Bay (Rock, Armageddon, Transformers...), sans doute avec Roland Emmerich (Independance Day, Le Jour d’après...) l’un des plus grands champions toute catégorie du cinéma le plus mastoc de l’histoire du septième art. Avec pour duo d’enfer le couple de flics Will Smith – Martin Lawrence (deux vedettes noires venues de sitcoms américaines cultes), le film suit deux inspecteurs (l’un séducteur invétéré, l’autre père de famille rangé) de la police de Miami. Les deux partenaires disposent de 72 heures pour retrouver les coupables d’un vol massif de cocaïne tout juste perpétré dans les locaux des stup de Miami.

Mal aimé par la critique et souvent adoré par le public, Bad Boys reprend le schéma eighties qui a fait les beaux jours des buddy movies sous testostérone et stéroïdes – on pense d’abord à L’Arme fatale. On a donc d’un côté un polar dopé aux hormones qui, malgré sa violence, s’attache à rester acidulé avec des punchlines qui claquent, de l’autre une jolie fille (Tina Leoni) en danger et des gros bras sans cervelle. Il n’y a rien de nouveau ou de surprenant ni dans l’intrigue ni dans la mise en scène et c’est probablement là où Michael Bay fait mouche. Car en développant un long-métrage pétri de stéréotypes et d’éléments déjà connus du grand public, le cinéaste enfonce une porte ouverte à laquelle tout le monde s’attend et au fond chacun recherche.

Un peu comme avec Le Flic de Beverly Hills mais au carré, Bad Boys s’appuie sur ses deux comédiens pour un humour certes grossier mais explosif. Les protagonistes courent, sautent, tirent dans tous les sens et une explosion finale parachèvent le tableau en guise de bouquet final.

Pur divertissement, ce produit typique des nineties produit par Jerry Bruckheimer (forcément) fleure bon le film du dimanche soir, celui qu’on oublie très vite mais qui laisse paradoxalement un bon souvenir. Une impression agréable qui s’explique avant tout par la prestation des comédiens, qui fait presque oublier le vide et l’ineptie du scénario. À noter la présence au casting de Tchéky Karyo dans le rôle du gros méchant.

Galerie photos

spip-slider
spip-bandeau

Votre #AvisPolar

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.