Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Top 40 des comédies policières cultes n°3 : Alarme fatale, de Gene Quintano

Alarme fatale, de Gene Quintano
Avec : Emilio Estevez, Samuel L. Jackson, Jon Lovitz
Année : 1993

Peu après avoir écumé quelques-uns des principaux teen-movies des eighties parmi lesquels Outsiders (Coppola, 1983), The Breakfast Club (John Hugues, 1985) ou St. Elmo’sfire (1985), l’acteur Emilio Estevez change de braquet en 1993 en rejoignant la parodie Alarme fatale. À cet instant, l’heure n’est résolument pas encore pour lui celui de l’exercice de style qu’il mènera en 2006 en réalisant Bobby, biopic sur le frère cadet de John Kennedy. Aux côtés d’un Samuel L. Jackson (Wes Luger) en vieux flic à deux jours de la retraite, il joue Jack Colt, un adjoint dépressif et survolté. Le premier vient de voir son coéquipier assassiné par un trafiquant de drogue après avoir découvert le moyen de transformer la cocaïne en cookie. Quant au second, il vient parasiter son partenaire de vétéran à un rythme infernal.

Parodie excessive des trois premiers jalons de la tétralogie L’Arme fatale, Alarme fatale reprend donc la bonne vieille recette du policier blanc suicidaire aux cheveux longs et du flic noir pantouflard et moustachu. Outre les noms des deux héros renvoyant aux célèbres marques de pistolets Colt et Luger, la plupart des références du film de l’inconnu Gene Quintano font directement appel aux trois premiers films L’Arme fatale, qu’il est de fait préférable d’avoir visionné préalablement – même si les gags fonctionnent aussi indépendamment.

Comme dans toute parodie burlesque digne de ce nom, apparaissent de très nombreux clins d’œil fugitifs aux films et aux acteurs de l’époque. Au fil des aventures du tandem catastrophe, figurent par exemple Whoopi Goldberg et des personnages issus de Die Hard comme Bruce Willis dans la peau du John McClane (Piège de Cristal…) ou Paul Gleason en chef-adjoint Dwayne Robinson. À cela s’ajoutent des références directes à 48 heures, Star Trek, Wayne’s World (personnages et "Bohemian Rhapsody" pastichés) au Silence des agneaux (on croise une sorte de Hannibal Lecter) ou à Basic Instinct – la scène notamment de l’interrogatoire est reprise plus ou moins de la même manière que dans La Cité de la Peur.

Bien évidemment, les répliques cultes et les scènes qui en émanent atteignent un niveau de débilité inimaginable. Là où le film fonctionne très bien, c’est sur l’effet grossissant du jeu déjà outrancier et exagéré de Mel Gibson dans L’Arme fatale. Le glissement entre l’original et sa contrefaçon hilarante produit un effet le plus souvent irrésistible. Quoi qu’il en soit, les gags pleuvent à une rapidité telle que lorsqu’une blague n’a pas l’effet escompté, la suivante surenchérit et titille malgré tout les zygomatiques. Une farce bien dégoulinante avec des grosses bagarres et des explosions tonitruantes.

Galerie photos

spip-slider
spip-bandeau

Votre #AvisPolar

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.