Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Top 40 des comédies policières cultes n°5 : P’tit quinquin, Bruno Dumont

P’tit quinquin, Bruno Dumont
Avec : Alane Delhaye, Lucy Caron, Bernard Pruvost, Philippe Jore
Année : 2014

Géniale mise en tension de polar horrifique (on songe beaucoup à la première saison de True Detective ou à Twin Peaks) et de burlesque méta, P’tit Quinquin y va sa petite révolution. Grand aficionados des comédiens amateurs, son réalisateur Bruno Dumont (La vie de Jésus, Ma Loute…) impose via cette dynamique un style inimitable.

Au gré des vacances pas comme les autres de "P’tit Quinquin", ado habitant du Boulonnais, au fil des déambulations improbables du commandant Van der Weyden et de son assistant Rudy Carpentier, le cinéaste dessine un espace surréaliste et dont l’imaginaire fourmille de poésie et de non-sens. Dans ce paysage péri-urbain peuplé de personnages improbables et aux visages atypiques, rien n’est filmé ou pensé sur un plan réaliste. Beaucoup ont prêté à cette mini-série ou film en quatre épisodes (dont la suite se nomme "Coincoin et les Z’inhumains") des velléités sociologiques larvées, lui reprochant sa caricature du nord de la France et de ses habitants. Pourtant, là n’est pas la question puisque l’optique à la fois fictionnelle et presque fantastique de l’objet désamorce justement toute possibilité de le rapprocher au réel.

C’est un monde fantasmagorique qu’il est préférable de pénétrer comme on pénètre un territoire poétique et peuplé de chimères. Ainsi, l’une des premières choses vues par "P’tit Quinquin" durant cet été de vacances qui s’amorce est une vache extraite par un hélicoptère d’un blockhaus. L’image est on ne peut plus fantastique et remémore tant les cadavres retrouvés par le duo de policiers dans True Detective saison 1 que le final gonflé et en apesanteur de Ma Loute (Bruno Dumont, 2016).

Outre la comédie policière poilante et dopée par les longs silences et incompréhensions des enquêteurs, P’tit Quinquin contient également une chronique sensible de l’enfance et de la pré-adolescence. Il y a du Jacques Tati à travers la cocasserie énigmatique des situations et un profond attachement aux personnages autant qu’aux acteurs – entre les deux, la frontière demeure d’ailleurs justement des plus poreuses.

Mention spéciale pour les innombrables scènes hilarantes : celles de la fanfare, la cérémonie des anciens combattants, le sketch de la voiture de fonction, du briefing au restaurant… Autant de moments délirants qui, sous couvert d’un humour à la Marx Brothers, se permet aussi d’illustrer en creux et en miroir les affres de notre (in)humanité (racisme, exclusion, handicap…). Sublime et inénarrable.

Galerie photos

spip-slider
spip-bandeau

Votre #AvisPolar

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.